Couvent Notre-Dame-du-Saint-Rosaire

Du couvent à l’hôtel de ville

Un trésor de patrimoine bâti avec une histoire de reconversion des plus touchantes.

Premier couvent (1911-)

En 1911, à la demande de Monsieur l’abbé Thomas-Cyprien Duret, curé, trois soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire se rendent à Paspébiac pour prendre la direction de l’école du village. Ce sont les soeurs Marie de Sainte-Agnès-de-Jésus (Flavie Deschênes), Marie-Auxiliatrice (Attala Caron), et Marie de Saint-Majorique (Bernadette Bouchard).

Arrivées à Paspébiac, elles trouvent le couvent guère attrayant. Les modifications faites à la maison ne sont pas terminées, Monsieur J. E. Lévesque, secrétaire-trésorier les conduit au presbytère où Mlle Desjardins, la ménagère, les reçoit avec cordialité.

En 1911, 110 élèves s’inscrivent à l’école numéro 1, soit le couvent, et chaque jour de nouveaux élèves se rajoutent. Si bien qu’au bout de 3 mois, il y en a 150 d’inscrits. Il faut bientôt mettre fin à cette situation, faute d’espace. Les travaux d’agrandissement commencés en mai vont si lentement que les sœurs convertissent leur communauté et leur réfectoire en salle de classes, se réservant seulement leur cuisine pour tout partage. Ce n’est que le 26 novembre que la partie neuve fut mise à la disposition des sœurs. Cette année-là le total des élèves atteint le nombre de 168.

En 1917, on compte cent sept élèves répartis dans trois classes : dix-neuf au cours modèle, trente-cinq au cours élémentaire et cinquante-trois au cours préparatoire. En 1932, l’enseignement de la musique commence pour une dizaine d’enfants de tous âges.

Élèves de l'école en 1925. Source : Lise Huard.
École, en 1928, probablement à droite de l'église, avant que les élèves aillent au couvent ou au collège de Paspébiac. Source : Lise Huard.

Deuxième couvent (1940-aujourd’hui)

Selon la Monographie de Paspébiac :

En septembre 1940, les élèves entrent dans un nouveau couvent construit à l'ouest de l'église. Dans la chronique de 1953 on lit : "La construction de notre vaste école est terminée : huit classes confortables et attrayantes, salle de réception avec théâtre, locaux pour la musique, bureau de la directrice.
 
En 1956, il y a de l'inédit: Le Cercle des Jeunes Naturalistes (C.J.N.), invite toute la Gaspésie à visiter son Exposition qui sera tenue au couvent du Saint-Rosaire de Paspébiac, les 1er, 2, 3, et 4 juin 1956. Ce cercle qui existe depuis 25 ans étudie la nature sous tous ses aspects : le ciel, la terre, la mer, la forêt.

Le 19 avril 1957, un incendie détruit l'église. La grande salle du couvent devient chapelle temporaire. Le 8 janvier 1961, la messe sera célébrée dans le soubassement de la nouvelle église.
La centralisation des écoles, phénomène connu à la grandeur du Québec, est l'objet de grands remaniements des structures scolaires. Une école polyvalente portant le nom de Monseigneur Matte, curé de Paspébiac de 1928 à 1946, reçoit les adolescents des villages environnants.

Soeur Marie-Paule Lepage partage la vie de cette ruche bourdonnante alors que soeur Louiselle Boulay est directrice du primaire aux écoles de Saint-Pie-X de Paspébiac et de Saint-Jogues. Soeur Espérance Lepage est conseillère en éducation chrétienne au niveau des Commissions scolaires Val d'Accueil et Monseigneur Matte.
Les élèves en 1947. Source : Lise Huard.
Des étudiantes au couvent, 1951-1952. Source : Lorraine Gagnon Carney.
Les étudiantes du couvent en 1953. Source : Alex Pinel.
L'état du couvent à son ouverture. Source : Roy Whittom.
1957-1958. Les élèves de 3e et de 4e année du primaire. Source : Louise Chapados.
Patrimoine Paspébiac © 2021 Tous droits réservés.