Langues et parlures

Il n'y a pas que l'accent paspéya...

À Paspébiac, les citoyens ont une langue de mer et de côtes tout à fait unique en son genre, colorée par la multiplicité des identités qui ont fondé pays dans la région. Petit aperçu de ces mots et expressions parfois encore utilisés aujourd’hui.

Les débuts de Paspébiac : Basque, français, mi'gmaq... puis jersiais

Un pidgin basque-mi’gmaq ?

Un pigin basque-mi’gmaq se développe vraisemblablement sur le territoire gaspésien au courant des 15e et 16e siècles ; il constitue une proto-langue ayant apparu entre Européens et Autochtones pour assouvir des besoins de communication liés au commerce de la morue. Nous savons, par exemple, que la terminaison « ak » est bien présente dans la langue basque, et il maintenant démontré que le mot « original » dériverait d’un mot basque avant d’être réapproprié par les Mi’gmaqs. Des liens existent aussi entre les arts basques et Mi’gmaqs (à ce propos, voir Peter Bakker, entre autres). 

Que ce pidgin soit parlé à Paspébiac ou non (car on le situe plutôt dans le coin du Labrador, voir Selma Barkham, sans avoir de preuve qu’il existait à Paspébiac), il est à retenir que les croisements génétiques entre Mi’gmaqs, Basques, Acadiens et autres Français ont occasionné tout autant de mélanges culturels qui font partie de notre histoire.

Dans tous les cas, la langue basque, l’euskara, a probablement été parlée par nos ancêtres Castilloux, Chapados, Aspirot et Delarosbil. Peut-être a-t-elle coloré de sa façon l’accent des premiers habitants de Paspébiac, alors qu’une majorité d’entre eux provient de Bidard, dans la France actuelle. 

La côte basque et Bidard, d'où proviennent plusieurs ancêtres de Paspébiac.

Les Basques et Mi’gmaqs ne représenteront pas le seul groupe socioculturel à partager un héritage avec la langue des Paspéyas. En plus de français et de citoyens de langue anglaise, Paspébiac verra une importante population anglo-normande se développer, une population avec son propre patois : le Jèrriais.

La langue jersiaise

Les Anglo-normands qui sont venus peupler la Gaspésie parlaient principalement deux langues : le jèrriais et le guerneseyais. Oeuvrant pour les pêcheries, ceux-ci viendront nombreux à Paspébiac et coloreront la langue et les accents locaux, dont leur patois normand.

Selon l’historien George Le Feuvre,

"En 1840, les Jersiais étaient tellement nombreux que leur langue était parlée de Rivière-au-Renard jusqu'à Paspébiac. Les Jersiais participaient à deux cultures, l'anglaise et la française.  Ils étaient des descendants de Normands et n'avaient jamais renoncé ni à leurs coutumes ni à leur langue. La langue officielle de Jersey a toujours été le français, mais le Jerriais était la langue parlée. Arrivés en Gaspésie, les Jerriais ont pu établir une communauté jèrriaise forte et parler le Jerriais. Langue de nos ancêtres, il fut parlé jusqu'en 1964. Ne fut-ce le déclin des compagnies jersiaises, le Jèrriais aurait survécu. En 1840, au moment ou le jerriais s'imposait comme la langue dominante sur la Côte de Gaspé, le français était enseigné dans les écoles de Jersey. La Gaspésie est le seul lieu hors de Jersey ou la langue s'est imposée."

Il est possible que le personnel des magasins Robin et LeGrand employaient le Jèrriais afin que les habitants, qu’ils soient français ou anglais, ne comprennent mot aux échanges entre les commis. Ainsi, il appert que le « trilinguisme » était courant dans le système commercial de la Gaspésie.

"Ne fût-ce le déclin des compagnies jersiaises le jèrriais aurait survécu. Une analyse linguistique des mots et expressions propres à la Gaspésie jetterait beaucoup de lumière sur ce point." (George Lefeuvre, Jèrri Jadis)
Un accent coloré 

C’est ainsi que la population de Paspébiac, à la fois francophone, anglophone, mi’gmaq et basque, hérite de traces dans la langue de ce métissage cosmopolite. Dans un article du National Geographic de 1935, on mentionne que les gens plus âgés de Paspébiac ont leur propre dialectique!

L’accent de Paspébiac est unique en Gaspésie. On lui reconnait un ton chantant caractéristique ainsi que l’absence de fricatives sur les lettres « d » et « t », ce qui fait que l’on mentionne souvent dans la littérature un accent chantant, « à la française ». Ce son chantant est vraisemblablement inspiré de tous les mouvements migratoires, dont la présence d’un petit groupe d’Acadiens. Par exemple, certains linguistes soutiennent que les Acadiens ont tendance à faire tomber le « C » ou le « K » à la fin. « Paspébiac » devient ainsi « Paspéya », créant le gentilé attachant que l’on connait.

Comment prononcer « Paspébiac » ?
Paspegiaq

Selon La Commission de toponymie du Québec.

Ipsigiag

Locution mi’gmaq. Signifie « barachois, lagune ». Dans sa version longue : « Papeg ipsigiag », « échancrure d’en bas »

Pipsiquiak

Selon Pierre-Georges Roy, mot mi’gmaq voulnt dire « batture fendue ».

Pepchidiac

Selon Emmanuel Jumeau, 1685.

Pecebiac

Selon Piarres Detcheverry, 1677.

Persaviac

Dans un document basque daté de 1755.

Pointe Pepchidiak

Dans la carte d’Emmanuel Jumeau, 1685, la pointe de Paspébiac.

Pepchediachiche

Voudrait dire « Petit-Paspébiac », possiblement où New Carlisle se situe.

Pospillat

Chez Auguste Galibois.

Pepchiadiackicue

Dans Letters and papers of Admiral of the fleet Sir Thos. Byam Martin

Passépebiat

Dans l’acte de concession de Paspébiac à Pierre Emard, 1707.

Pospeia

Un poème de Jean Bruchési

Paspec biac

Sur la carte de Guillaume Denys, 1672.

Paspy Jacks

Selon l’ouvrage Transcontinental sketches; legends, lyrics and romances gleaned on vacation tours in northeastern and middle Canada and the Pacific states.

Tachkibiac

Mot mi’gmaq signifiant « Ouverture des eaux ».

Epelgiah

Selon Mgr Guay, 1891. « Pointe qui avance ».

Paspédiack

Selon le Recensement des familles acadiennes réfugiées dans la baie des Chaleurs, de 1765.

Paspéya

Notre gentilé officiel!

Quelques expressions bien de chez nous

 

Petite chaudièreSobriquet que les gens de Gascons donnent à ceux de Paspébiac, dans Belle-Anse, de Marcel Rioux.
CaboureUn mot que l’on entend à Paspébiac, selon La région culturelle : problématique interdisciplinaire.
BouchurePour dire clôture, dans Situation de la recherche sur le Canada français
Falle (d’un oiseau)Pour dire Jabot, dans Situation de la recherche sur le Canada français:
BombePour dire bouilloire, selon Situation de la recherche sur le Canada français
CharretteTombereau
PerPour dire pis de vache, selon Situation de la recherche sur le Canada français
GouvarnemagneSelon Le Parler français, 1918. Société du parler français au Canada, Québec.
BargeEmbarcation de pêche à trois voiles
BouetteAppât pour mettre sur un hameçon
BourgotGrosse coquille (strombe) servant de porte-voix
CalvettePonceau sur un canal, un ruisseau. « Y a fessé la calvette »
CaplanPetit poisson de mer mesurant 10 à 20 cm
ChaleineÉclair de chaleur sans bruit de tonnerre. Partout au Québec, on a Chalin. Ici, c’est chaleine
CoqueMollusque bivalve vivant enfoui dans le sable
CroqueUne jarre, un pot
FaniFenil, grenier à foin
MessDégât désordre
MouvéeBande d’animaux marins qui se meuvent dans le même sens
PagosseEspèce de coton plus ou moins épais, étoffe solide, robuste.
PelureJeune fille courtisée qu’on recherche en mariage
QuartTonneau ou baril de bois
Qu’riQuérir, chercher avec mission d’apporter, d’amener.
SalbadeÉpuisette à long manche pour puiser le poisson
SeillonSillon
SiauSceau
SquallCoup de vent, bourrasque
Té ta ouèreTais-toi donc
La pantryPièce dans laquelle on met des aliments pour les conserver
Le caveauPièce de rangement derrière l’escalier ou l’entrée menant au sous-sol
Le tambourL’entrée de la maison
Des claquesDes caoutchoucs
Une bombeLa bouilloire
Une créatureUne femme
Une packaizeUne grosse et belle femme
Un démêlwéUn peigne
Parle pas de çaParles-moi en pas !
Yousse tu vas làVoyons donc, ça a pas d’allaure !
J’cré ben moéOui
Chez Robin dans caveY avait le magasin Robin. Au-dessus, l’épicerie, en bas, y a de la déco. Quand on allait là, on disait ça.
Les pipianesGentilé des gens de Saint-Siméon
PaspéyasGentilé des gens de Paspébiac
Mangeux de m’lasseGentilé des gens de Saint-Godefroi
Talons jaunesGentilé des gens de Port-Daniel
Les CayensGentilé des gens de Bonaventure
Les poelleux d’Hope ToneGentilé des gens de Hope Town
Les MarteauGentilé de la famille Duchesneau
Les SautereuxGentilé de la famille Delarosbil
Les SaploutesGentilé de la famille Huard
AccorderBien s’entendre
AccrocheterAccrocher
AlouetteLa luette
AmusetteDistraction
ApréAprès
ArculerReculer
ArfuserRefuser
ArmarquerRemarquer
ArmiteErmite
ArposerReposer
ArseEspace
Arrache-vaseInstrument aratoire servant à retirer du fond des marais des dépôts (vase blanche) utilisés comme engrais
Au rasPrès de
Avaindre les patatesMettre les patates dans un plat pour les servir
Awair in dengAvoir un don
AwenneAvoine
BancEmployé dans le sens de « port de pêche »
BarasserEmbarrasser
BailleCuve en bois
Baigner des yeuxClignoter des yeux
BalestromInstrument de pêche
BarlanderPerdre son temps
Berlin / BarlanQuartier de Paspébiac
BieCorvée
Bic en blancÀ tâtons, à peu près
BoëteAppât de poisson
BlémeBlême
BrayetteBraguette
BrocherTricoter
ButinVêtements/bagages
CabinéChambre à coucher
CampeCamp
CapotManteau
Gros charsLe train

Chaculot

Joculot

Le plus jeune ou le préféré d’une famille.
CharpillerProcédé qui consiste à démêler la laine
ChappeCravate
CharivariFête à une veuve qui se remarie
Chaudeur Mets préparé avec des têtes de morues
ChouquéBloc de bois
Colique cordéeMaladie
CorcardePompom décoratif pour les chevaux
CoumenceCommence
CotoriézeCouturière
CorEncore
CoulirCouler
CoupeuseMachine servant à couper le poisson
CréatureFemme
Cri (va)Aller chercher
CulàCelui-là
DarnièreDernière
DéfâillirS’évanouir
DéjunerDéjeuner
DélogerDéménager
Démêloé Peigne
DewairDevoir
DiscordeDésaccord
DitelSemblable / pareil
Pareil ditelIdentique
DormitoèreS’endormir
ÉcardeSert à carder
ÉcarderCarder la laine
ÉjevaletteChevalet
En rasPrès de
EnfârrerFarcir
EscoussePériode de temps
Par asemblePar exemple
Être à gageÊtre à l’emploi de
EuneUne
ÉtranglaCerisier à grappe
FacterieManufacture
Faiseuse d’histoiresComère
FayotHaricot
FieFille
FlacBouteille de 10 onces de boisson
Foie blengAvoir le foie blanc / personne portée sur le sexe
GamellePetit contenant
GarocherLancer
GarguetonGorge
GalanceBalançoire
GarnierGrenier
GraillerÉquiper
GraveGrève
GravySauce
GrillerMettre la table
GuigueVoiture à cheval à deux roues, une place
HavrerArriver
HeummeHomme
In ptit brinUn peu
JalouserieJalousie
JarnigouenneIntelligence (bon sens)
J’valCheval
KickerCritiquer
Plus pourvu qu’luiPlus à l’aise que lui
KickeuxPersonne qui proteste
LignettePlanche de bois avec des nœuds coulants en crin de cheval pour attraper les oiseaux
Se logerSe construire une maison
MakanaVeste d’hiver
ModeManière/habitude
Moulin à battreMachine aratoire servant à battre le grain
Mette à painHûche
MuleronFourrage entassé en meule dans les champs
NavotNavet
NavrerÉtouffer
Na ti corY en-a-tu encore
NiqueNid
NordetNord-Est (vent)
OuèreVoir
OubedengOu bien
Panse de vacheTrou dans le chemin occasionné par le dégel
PeuplBois de pulpe
PiquiéPitié
PitengPiton ; pièce servant de monnaie durant la crise de 1929
PiviOutil pour bûcher
PlacePlancher
PletengAvoir le « ploton » ; être ému
PougnePoignée de porte
PottinePâtes dans un ragoût
QuasimangPresque
QuartTonneau ou baril en bois
QuierrerIndifférent / ne pas faire de cas
QualiquettePetit bois d’allumage
Raye trouJusqu’au bout
RemeuilPis de vache
R’notterRépéter
R’notteuxQui répête
RingerRonger
Salut mes damesDanse de l’ancien temps
SarviceService
SementSeulement
SéparateurInstrument de travail qui sert à séparer la crème du lait
SlapéGlisser
StewHachis / ragoût
SuspinteContenant en métal
TaquetteMorceau de bois servant à barrer une porte
Ted benPeut-être
Tinente d’affaireBonne affaire
TraiteService
Tre beauTrès beau
TracelPont
À la vadrailleÀ trainer
La vieLe nombril
WaguineVoiture à cheval
WakeVeillée funestre
Woyage / WéyageVoyage
YelleElle
Yelle itouElle aussi
YuiLui
Yui itouLui aussi
AyouOu
MaigrezotQuelqu’un devenu très maigre
MacadamePlancher
SleepinesPetites culottes
Le jestefeelLe divan
Des amoureuxPlante (Bardane)
Des soleils de merDes méduses
Des culetes à grand manches sous-vêtement qui descend sur les cuisses
La bombeLa théière
CremierCormier
Truck à maladie Ambulance
ShavetéRasoir
DedicheBébé
Un trimpeUn alcoolique
BessonsJumeaux
Tout-à-netteTout au complet
CaliquettesPetit bois sec
ÉlaireÉlan
TieuCouette
AtinerTaquiner
ClosetteToilette
PuraisieGrippe
Bas de soutePantalon de ski
TambourArmoire
StretchellPetite valise pour prendre le train
MalpatientImpatient
CrichpookUne personne avec les cheveux sales
SaradayeUne personne négligée
GuédapDire au cheval d’avancer
Bas de robeJupe
ÉpreurableÉpeurant ou impressionnant
BobAmpoules
EspèreAttendre
CabinéChambre d’< côté
FleurFarine
Un flateUn moteur de bateau
Un pique et poqueUn bateau
Gradeau

Pour dire « Éperlan », dans Le Parler Français de 1918.

Boussi BoulaTout à l’envers

D’autres expressions que l’on peut entendre…
  • Arréte te doung (arrête-toi donc!)
  • Ayette la boule (attrape la balle)
  • On va laver les drapeaux dans la baille (laver les couches dans la cuve)
  • Je t’estompe de le faire (je te mets au défi de le faire)
  • Pif dans la dévirure (klaxonne dans le croche!)
  • On s’en va su Robin dans cave (on s’en va au sous-sol du magasin Robin)
  • On va monter da tique (on va monter dans le grenier)
  • T’en voulais pas hier? Ben gratte toé! (assume!)
  • La neige brille il boudra pas (il va faire beau)
  • Yé t’sendu sué gros chars! (il est arrivé en train)
  • Faire manger de l’avoine (enlever la blonde à un gars)
  • le bon Dieu denne pas plus de laine à in mouteng qui peut n’en porter
  • Mets ton bas de change (mets ta combine)
  • Qui sé qui veut becquer Mémé aveng qu’on frume le cof?
  • Il sa faite raccourcir les areilles (couper les cheveux)
  • Une vrai gorge de poel!!! (pour quelqu’un qui parle beaucoup)
  • Il est aussi tannant qu’une paire de bas qui baisse
  • Bouêtter so croc (apprêter ses hameçons)
  • Faut chauffer la bombe (faire chauffer la théière)
  • C’est tout à la valdrague (c’est tout à l’envers)
  • On vré crâne sec, cé d’valeur, m’nir au monde eune foé, béte de méme (un vrai crâne sec, c’est de valeur, venir au monde rien qu’une fois, bête de même!)
  • Mets tes claques basses (ce que les hommes portaient par-dessus leurs souliers)
  • Havitt chez-vous (tasse-toi de là/va-t’en chez toi)
  • Froume ta porte et baisse la siza (ferme ta porte et baisse le siège de toilette)
  • Ej care pas de ça me! (ça me dérange pas moi ça!)
  • y’en a daanngg yé tout les vices (il en a dedans, il est de tous les vices!)
  • Parle pas d’ça! (parles-moi en pas!)
  • Jamé comme une truite « sua s’phalte » (être pogné)
  • Aller à Light (aller au phare)
  • Un bob a pété (une ampoule électrique est brûlée)
  • Le trécarré est bloc Le V a pas passé (la rue n’a pas été déneigée par les camions de la ville)
  • Y’a mis son chawech (il a mis son drôle de chapeau)
  • C’est chéti (c’est mauvais)
  • Y’a mis ses guitorses (il a mis ses vieux souliers)
  • J’ai lavé mes sleeppines (ou stepines) (j’ai lavé mes petites culottes)
  • Jcré ben me!
  • Arrête de magner ça (arrête de jouer avec ça)
  • On s’en va à la wake/weck (on s’en va au salon funéraire)
  • Le capelan roule (le caplan est jeté sur la rive ou la grève)
  • Le caplagne a ti rouli? (le caplan a-t-il roulé?)
  • Ça mire (ça brille)
  • A lé là qu’à watch, i watch i too (elle est là à regarder, je regarde moi aussi)
  • On va aller virer au bang (on s’en va au banc)
  • de yousse tu vas écourtichée de même? (où t’en vas-tu vêtue comme ça?)
  • Bléme comme un vente de plie (très blême !)
  • Pepape memag (papa, maman)
  • Yousse tu t’en va avec te skis (ne pas être sur la bonne voie)
  • arréte toé degne, tu m’fatigues la coenne (arrête, tu me fatigues)
  • A un gros muffe (être de mauvaise humeur)
  • Mon maudit zan (innocent)
  • Ousss tu t’en vas, toute défalée ?! (où t’en vas-tu le cou à l’air comme ça?)
  • les yeux morts dans tête (fatigué)
  • Les yeux creux comme une barbue sec
  • Être mal gigandé (être mal attriqué)
  • Y’a des mouches dans le ti garnier (il n’est pas très intelligent)
  • Passe-moe donc ton demelway (passe-moi donc ton peigne)
  • Tu restes dans le corneur (tu demeures dans la 4ième avenue ouest)
  • va cri la spitoon à pépé dans la cuisine (va chercher le crachoir de pépé dans la cuisine)
  • As-tu d’affaire en bas? (quand tu descends à Paspébiac de Saint-Pie X)
  • In vré pou dans m’lasse (il est fatiguant)
  • Mamang, le ballong é dans le por du cochong (maman, le ballon est dans la porcherie)
  • Il est parti à la meninque (il est parti draguer)
  • La quésse de bière en avang, la ploute en arrière, 90 milles à l’heure dans l’croche pis anweye pour Pie X
  • fe bin attenciegne a toé parcque là là…
  • T’as la falle basse! (tu as la mine passe)
  • Attend-moé, j’arviens back
  • aller faire un tour sué ti poneys (aller à Newport)
  • aller faire un tour sué talons jaunes (aller à Port Daniel)
  • Chat par là (en voulant dire de partir )
  • Y a été à pine a planche
  • Yé plequé
  • Des étranglas
  • acheter des bâbeung (acheter des bonbons)
  • Plissé comme un go
  • Mec que jva la (dès que j’irai à cet endroit)
  • Si t’avale tout reng, tu va t’engotter (si tu avales ça tout rond, tu vas t’étouffer)
  • Y’avale tout reng, y mange comme un goleng
  • Yé sarf, y toute manger a lui tout seul
  • Awewe mit ton torchonggg dans l’bas des ciaux
  • Si jte fesse da fourse du cou tu vas planter face a dengg a tere pj tu va etre nenké fret
  • argarde dans l’garnier (regarde dans le grenier)
  • Cette créature est bien plantée (une belle fille)
  • On va cueillir des belvèts (on va cueillir des bleuets)
  • Je viendrai te cré beto (je vais venir te chercher bientôt)
  • Le tang é chagrin (il ne fait pas beau)
  • C’est toutes des vettes
  • Tient, tu t’enva encore trimpé les ch’mins
  • tien la fie à Wilsen à Simeung à Paquet!
  • … Ou la fie de la fie à Réné à Salemeung!
  • Y sa démufflé sul macadam (il est tombé sur le plancher)
  • Va la cri (va la chercher)
  • Avitte d’icitte (va-t’en de là)
  • J’ai pogner le pesant (se coucher et rêver au diable)
  • Je quière pas de ça (ça ne m’importe peu)
  • A core toute sa téte a yelle, mais de quoé dongggg, a pas d’boute
  • Escrème d’icite (va-t’en!)
  • Dans la fâse du cou (en arrière du cou)
  • Y nége ti cor dé yor! (il neige encore dehors)
  • Attention ta bière brose
  • Pogner une clac dans reil
  • Je place mes bricolles (placer ses bretelles)
  • Y cri du criard (il klaxonne)
  • Elle a mis ses montre-en-cul (ses culottes courtes)
  • cré une brassée de bois (va chercher du bois)
  • Viarge, cé pu qu’un barlé qu’à là (un gros bourrelet)
  • C’est pu qu’un squale de veng (il vente)
  • Maudit crâne sec
  • Va tré les vaches (va traire les vaches)
  • Ya toute ramassé ces grémengs dans la grange
  • Ya pris une réze à travers les changs
  • Yé tassé malin, ya déréler
  • La chicane se bat pour il y a une bataille
  • Y a pas inventé le blanc dans la crotte de poule (il est pas ben ben intelligent)
  • Y reste du thé dans le tépotte (dans la théière)
  • Fringuer les chemins
  • Assis-toé su le chestefil (assieds-toi sur le divan)
  • Fais attention aux mands de pomme (pépins)
  • En traîneau, on s’embriait avec des bofflos
  • Fais attention de tomber en bas du vâtporte (galerie)
  • J’ai acheté du beloné chez Arthur et en revenant, ya un camieng qui l’a tout éfoiré
  • A toute faite ça à vadraille (tout croche)
  • Frumer le poulailler, les farmouchés sont sortis !
  • On voit l’autre côté (il va faire mauvais temps)
  • Y a la face plissée comme un gau viré à l’envers
  • Attentionggg ya une béte puante aura d’la calvette, watcho s’y a t’arrose
  • T’as la face comme une truite dans l’eau frette
  • Y passe des terribles squals de vent !
  • Y’avale tout regne, y mange comme un goélegne
  • Pu qu’in n’élaire (tout un élan!)
  • Être tout chétivé
  • Être mal gigandé
  • Avoir une tête à deux jaunes!
  • Wui y’est prime wui (il est susceptible, soupe au lait!)
  • Rire à s’épâmmer!
  • Une vrai saradaille (une traînée)
  • Elle a déboulé (elle a accouché)
  • Il t’avait tout un rigging (un équipement)
  • Y’en avait un char pis une barge!
  • Hey, awewe te pas danl peril (ne t’aventure pas dans un temps pareil!)
  • Y fait de la brôme (brouillard)
Patrimoine Paspébiac © 2021 Tous droits réservés.