La maison néo-géorgienne

Une influence de la côte est américaine

La maison néo-géorgienne répond parfois à ce que l’on appelle le vernaculaire américain. De manière générale, ces maisons sont influencées par un style colonial bien symétrique inspiré de la côte est américaine. Le néo-géorgien est présent partout en Gaspésie et colore parfois les maisons de villégiature. Plusieurs variantes de ce style peuvent être aperçues à Paspébiac!

Une maison néo-géorgienne sur la 132.

Vernaculaire américain ou néo-géorgien?

Le néo-géorgien est une variante du vernaculaire américain. Selon le Service d’aide à la restauration patrimoniale, le vernaculaire américain se décline en certaines caractéristiques:

  • Maison de 1 1⁄2 ou 2 étages;
  • Mur pignon en façade;
  • Lucarne à pignon;
  • Toit à croupes et à demi-
    croupes.

 

Toutefois, le mot vernaculaire n’existe que pour signifier des techniques de constructions propre à un endroit. En Gaspésie, le vernaculaire est plutôt de style néo-géorgien.

Le néo-georgien 

En Gaspésie, les maisons néo-géorgiennes vont de pair avec un désir de villégiature. Comme le décrit la Ville de Québec, ce style est hérité d’une recherche de l’aspect colonial anglais:

Ce dernier est en vogue auprès de la communauté anglophone de Québec entre 1900 et 1930, bien que plusieurs bâtiments semblent construits après cette période. Presque exclusivement associé à l'architecture résidentielle, il se retrouve en milieu urbain et semi-urbain. Le bâtiment de style néo-georgien, rattaché au style georgien et au style colonial américain, s’inspire de l’architecture vernaculaire anglaise à laquelle les règles classiques sont appliquées. Il possède un volume carré ou rectangulaire d’au moins deux niveaux d’occupation, un revêtement de brique ou de bois, des fenêtres à guillotine à petits carreaux et une cheminée à chacune des extrémités de la toiture. Celle-ci est à deux versants droits ou à deux versants droits avec demi-croupes, en plus de posséder une pente moyenne qui peut être munie de lucarnes. Reprenant l’un des principaux traits du style georgien, le bâtiment présente une composition symétrique. Les trois ou cinq travées de la façade sont disposées régulièrement et la porte d’entrée, dotée d’une imposte et de baies latérales, fait office d’axe central. L’ornementation est tirée du vocabulaire classique. Elle se transpose sur les perrons, les portails, les boiseries et en bordure de la toiture, entre autres avec les corniches et les retours d’équerre. La palette de couleurs adoptée est quant à elle relativement précise : le blanc des fenêtres, des saillies et du décor est combiné au rouge de la brique et au noir des persiennes et des portes.  

Selon le chercheur Olivier Beaudin dans son Guide architectural de Port-Daniel-Gascons, voici les caractéristiques dominantes de ce style dans notre région :

  •  Volume massif ;
  •  Plan rectangulaire, deux étages et
    demi ;
  • Toiture à deux versants à pentes
    faibles ou moyennes ;
  • Emplacement symétrique des
    ouvertures ;
  • Peu d’ornementations ;
  • Ordre, proportion et équilibre.
Maison d'Aurélien Desrochers.. Photo de la famille Desrochers.

Le néo-georgien résidentiel

À Paspébiac, le néo-géorgien se traduit dans l’architecture domestique par des bâtiments de style colonial aux ouvertures symétriques. On le croise particulièrement dans les rangs derrière Paspébiac, où il représente un style plutôt dominant.

Dépanneur chez Zoé. Une maison néo-géorgienne avec son bâtiment secondaire à la façade "boom-town".
La même maison, quelques années plus tôt.
La maison de Xavier Horth, une néo-géorgienne transformée avec l'ajout de façades "boom-town" à gauche et à droite du corps principal. Source : Roselyne Garrett.
Photo de Kristina Whittom. Le magasin général Whittom avec son annexe à gauche.
Maison située près de l'actuelle pépinière.
L'une des fameuses maisons des Robins, avec un avant-corps en saillie.
Maison située sur la 132, vers Hope, toute lambrissée de brique.
Patrimoine Paspébiac © 2021 Tous droits réservés.