Back to all Post

Charles Robin se retire à Jersey

Comme le signale le Dictionnaire biographique du Canada:

« Charles Robin se retira à Jersey en 1802, au moment où le traité d’Amiens semblait avoir mis fin aux hostilités. La Charles Robin and Company possédait alors cinq navires, un grand établissement à Paspébiac (comprenant le chantier naval, une petite ferme, des quais, des cabanes où l’on préparait le poisson pour le séchage, des entrepôts et des logements pour une centaine d’employés), un poste secondaire à Percé et la seigneurie de la Grande-Rivière. On ignore de quel ordre étaient les profits de la compagnie. Plus que de l’argent, Robin y avait investi son existence. Comme administrateur, il avait reçu un modeste salaire annuel de £150 ; en 1800, il estimait que sa part valait environ £2 250. Son neveu Philippe Robin jr prend la relève à Paspébiac. »

 

Patrimoine Paspébiac © 2021 Tous droits réservés.